Coronavirus #TousMobilisés : Focus sur l’Etablissement de Santé Mentale du Groupe MGEN

L’Etablissement de Santé Mentale du Groupe MGEN à Toulouse, maintient le lien et le travail avec ses patients à travers la prise en charge à distance par les professionnels soignants.

Le travail habituel d’un hôpital de jour de santé mentale, comme celui dans un service d’hospitalisation complète, est basé sur l’observation de la manière dont chaque patient investit les différents espaces de l’établissement, établit des relations avec les uns et les autres et, contenu par le cadre qui est proposé, les activités et les entretiens, accède progressivement à un apaisement de ses souffrances lui permettant de se construire comme sujet et de s’ouvrir à l’autre.

Les conditions actuelles de confinement ne permettent pas de travailler de la même manière, cependant des entretiens téléphoniques quotidiens ou pluri hebdomadaires avec un médecin et/ou infirmier ou un soignant, permettent la poursuite de ce travail sur des modalités différentes. Grâce à l’outil informatique, des médiations thérapeutiques ont aussi été mises en place.

Ainsi, chaque patient peut parler de son quotidien, de l’organisation de son temps, de ce qu’il fait, de ses éventuelles relations familiales, amicales… de sa demande ou non de garder des liens plus étroits avec l’hôpital de jour, de son accord ou non pour participer aux activités proposées et qui sont la poursuite d’un travail de groupe : lecture, écriture, art plastique, écoute musicale, etc. Les contributions de chacun sont reprises, partagées et mises en scène d’une certaine manière.

Beaucoup de patients se saisissent des médiations proposées, les intègrent à leur quotidien ou les utilisent comme un moyen de rester en relation avec leurs proches et/ou avec d’autres patients de l’Hôpital de jour. En voici la liste : Atelier écriture, Lecture, Tango, Réveil musculaire, Art-thérapie, Relaxation ou encore Marionnette.

Les retours des patients sont très positifs, ces médiations leurs permettent de se détendre, de « décrocher » de leurs angoisses et de s’inscrire dans une démarche nouvelle.