Plus de 100 personnes présentes pour s’informer sur les dérives sectaires en santé

Mardi 31 mai dernier, la Mutualité Française Languedoc-Roussillon a organisé une conférence débat sur les dérives sectaires en santé au Gazette Café de Montpellier. Avec plus d’une centaine de participants, le but était d’informer les différents acteurs régionaux présents. Au vu de la qualité des intervenants soulignée par les participants, mission accomplie !
Dans le cadre de ce deuxième rendez-vous expert en partenariat avec la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaire (Miviludes) et l’Agence Régionale de Santé Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées, la Mutualité Française a voulu sensibiliser sur les dérives sectaires en santé.

Serge Blisko, Président de la Miviludes a expliqué qu’une dérive thérapeutique devient sectaire lorsqu’elle essaie de faire adhérer le patient à une croyance ou à un nouveau mode de pensée. Le malade perd alors sa capacité de discernement et l’emprise exercée est telle que cela peut l’amener à prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises auparavant, comme l’arrêt complet de son traitement médical ou effectuer des dons ou dépenses financières très importantes.

Dérives sectaires en santé, un phénomène en évolution

D’après le guide réalisé par la Miviludes : 4 Français sur 10 ont recours aux médecines dites alternatives ou complémentaires, dont 60 % parmi les malades du cancer. D’après le Docteur Jean-Martin Cohen Solal, Délégué Général à la Mutualité Française, « Il est très difficile de se dire qu’il n’y a plus rien à faire et que la maladie est plus forte, à ce moment-là, il n’est pas rare de penser à essayer autre chose de moins conventionnel».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les victimes ne sont pas uniquement des personnes vulnérables, et sont de plus en plus nombreuses. Selon la Miviludes il y aurait 4 000 « psychothérapeutes » autoproclamés qui n’ont suivi aucune formation et ne sont inscrits sur aucun registre.

De plus, 40% des signalements pour dérives sectaires concerne des dérives thérapeutiques.

Ce phénomène déviant concernerait, en France, plus de 400 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique.

Enfin, il existerait 1 800 structures d’enseignements ou de formation « à risques » et 3 000 médecins seraient en lien avec la mouvance sectaire.

Pour mieux lutter contre cette ascension, la Mutualité Française et la Miviludes ont signé un partenariat en 2013.

Un partenariat national

Ainsi, la Mutualité Française s’est engagée à sensibiliser le grand public à cette problématique et aide également les différentes mutuelles adhérentes à évaluer les soins proposés au remboursement. Elle a notamment créé cet outil d’aide à la décision selon quatre critères principaux : risque de dérive sectaire, reconnaissance et durée de la formation, puis vérification de la formation initiale du professionnel de santé. La Miviludes s’est engagée, quant à elle, à participer à cette sensibilisation et à intervenir lors d’évènements comme ce fut le cas lors de cette conférence.

Des acteurs régionaux

Au niveau régional, la Mutualité Française Languedoc-Roussillon travaille avec l’Agence Régionale de Santé Languedoc-Rousillon / Midi-Pyrénées, représentée ce 31 mai par Jean-Jacques Morfoisse, son Directeur Général Adjoint. Ainsi, pour cette grande région, l’ARS  reçoit deux signalements de dérives sectaires thérapeutiques par semaine dont une dizaine par an sur Montpellier. L’ARS  souhaite être aux côtés des victimes de ces dérives sectaires et, bien entendu, vérifie les différents diplômes et formations des professionnels de santé.

L’Agence Régionale de Santé tient à jour un répertoire qui recense les professionnels de santé « fiables » de votre région.

Les domaines de santé où l’on remarque le plus de dérives sont ceux des maladies mentales et psychiques ainsi que les nouvelles pratiques de thérapies orientales, par des plantes ou autres.

Que faire si vous êtes confronté à un cas de dérive sectaire en santé ?

Il vous est possible de vous rapprocher de la Miviludes, et de trouver les conduites à tenir face une situation à risques sur le site www.derives-sectes.gouv.fr. Vous pouvez également télécharger le guide sur les dérives sectairesVous trouverez également sur leur site différents contacts d’associations qui pourront vous accompagner dans vos démarches.

Il est possible d’effectuer un signalement à l’ARS, qui vous orientera vers les différents recours possibles. Si vous avez un doute quant à un professionnel de santé, n’hésitez pas à consulter le registre ADELI de votre région.

Vous pouvez également contacter la Mutualité Française Languedoc-Roussillon pour plus de renseignements.

 

Rendez-vous bientôt pour de nouvelles rencontres santé avec la Mutualité Française Languedoc-Roussillon !