Pharmacie des tout-petits dans l’Aude: minimiser les risques d’accidents

Le lundi 8 Avril 2013 se tenait à Carcassonne un atelier ouvert aux jeunes parents sur la pharmacie des tout-petits. Organisée par la Mutualité Française Languedoc-Roussillon dans le cadre de ses actions de promotion de la santé, cet atelier a été l’occasion pour Martine Gleyse, infirmière libérale, d’aborder les bonnes pratiques à mettre en place auprès de nombreux jeunes parents.

Durant la grossesse, les femmes sont suivies médicalement, préparée à l’accouchement et sous surveillance constante durant quelques jours après la délivrance. Cependant, une fois rentrée au domicile, beaucoup se sentent livrées à elles-mêmes dans un contexte nouveau qu’elles appréhendent et de nombreuses questions restent sans réponse. La médication des tout-petits fait partie de ces nouvelles interrogations.

Comment soigner, que doit-on posséder dans sa pharmacie, quels sont les risques liés aux médicaments… ?

Pour que ces questions ne restent pas sans réponse, La Mutualité Française Languedoc-Roussillon a mis en place un atelier « Quels médicaments pour les nourrissons et les jeunes enfants?» animé par une infirmière libérale.

Les conseils de l'infirmière

Martine Gleyze, infirmière libérale, passe en revue l’ensemble des médicaments que doit contenir une pharmacie pour soigner les enfants

A la naissance d’un enfant, les jeunes parents se retrouvent souvent submergés par l’émotion mais aussi par les responsabilités. Pourtant les bonnes pratiques s’apprennent, pour peu qu’ils aient accès à l’information. Durant l’atelier, plusieurs mamans se sont émues du sentiment « d’abandon » ressenti de retour chez elles. « A la maternité, nous étions écoutées, choyées, des infirmières étaient disponibles s’il arrivait quoi que ce soit. Et après, plus rien, on est seule face aux problèmes… » La prévention par l’information, c’est justement l’objectif de cet atelier mis en place par la Mutualité Française Languedoc-Roussillon. Martine Gleyze, infirmière libérale, commence son intervention dans l’objectif de libérer la parole en déculpabilisant les jeunes parents « Nous sommes ici pour apprendre et échanger.  Vous ne devez en aucun cas culpabiliser de n’avoir pas encore mis en place les règles de sécurité que nous allons voir ensemble. ». Favoriser la prise de parole, inviter à échanger librement sans peur d’être jugé, c’est souvent l’occasion pour les uns de se rendre compte que ses propres interrogations sont aussi celles des autres.

Dissocier pharmacie adultes et celle destinée aux enfants

L'armoire à pharmacie

Une armoire à pharmacie doit être rangée soigneusement, et chaque médicament conservé dans sa boite d’origine

« La première chose à faire est de séparer physiquement les médicaments de l’enfant de ceux des parents. On ne peut pas concevoir de faire cohabiter les deux, c’est trop dangereux » Ce conseil de bon sens, Martine Gleyze, ne cesse de le répéter au fur et à mesure de ses interventions. Le premier risque d’intoxication médicamenteuse est lié à la confusion entre les boites destinées aux adultes et aux enfants. Quand un anti dépresseur côtoie des granules d’Arnica, l’erreur peut avoir des conséquences dramatiques surtout si les cachets ne sont plus dans leur emballage d’origine. L’autre règle essentielle consiste justement à conserver les boites, pour connaître la date de péremption et les posologies qu’elles contiennent.

Les informations essentielles :

  • Séparer dans deux pharmacies spécifiques les médicaments pour adultes et pour enfants
  • Placer la pharmacie dans un endroit non accessible aux enfants
  • Éviter l’automédication des enfants
  • Ne pas conserver les sirops entamés depuis plus de 15 jours
  • Rapporter les médicaments périmés à son pharmacien

A en juger par les nombreuses questions posées durant cet atelier, l’utilité de cette action de prévention et la pertinence de son sujet n’est plus à démonter. Dans le domaine des accidents domestiques, si le risque zéro est une idée utopique, l’information, elle, reste le premier vecteur de prévention des risques.

Le contenu type de l’armoire à pharmacie du jeune enfant:

  • 1 thermomètre, 1 pince à épiler, 1 paire de ciseaux à bouts ronds,  1 coton hydrophile,  1 boîte assortiment pansements de différentes tailles,  1 boîte compresses, 1 sparadrap hypoallergénique, 2 bandes extensibles 5 et 7 cm,  1 bande de crèpe 7 cm
  • 1 boîte dosettes sérum physiologique
  • 1 spray nasal, 1 mouche bébé par aspiration
  • 1 antipyrétique en sirop
  • 1 boîte de suppositoires glycérine bébé
  • 1 collyre en dosettes
  • 1 désinfectant à base de Chlrorexidine aqueuse en spray ou dosettes
  • 1 tube de pommade à l’eau
  • 1 tube crème cicatrisante
  • 1tube de gel contre les coups et les bosses
  • 1 sachet de réhydratation
  • 1 tube de pommade contre les brûlures