Personnes âgées : bien vivre à son domicile

Continuer à vivre chez soi quand on est âgé est un choix personnel, qui peut être rendu plus difficile quand on est en situation de dépendance, en raison d’une santé affaiblie, de déficiences ou de troubles liés à la maladie. Différentes solutions permettent de faciliter le maintien à domicile.

L'essentiel

Il est souvent utile de repenser l’aménagement de son logement pour faciliter la vie quotidienne ou prévenir les risques de chute.

Des aides permettent à la personne âgée de préserver son autonomie à domicile : elles peuvent être techniques ou humaines (services d’aide à la personne).

Enfin, bénéficier de soins adaptés chez soi constitue aussi un facteur important de préservation du confort de la personne âgée vivant à son domicile : plusieurs systèmes y contribuent.

L'aménagement du logement

Continuer à vivre chez soi malgré une déficience physique ou psychique relève d’un choix personnel. Afin de mettre toutes les chances de son côté et de limiter l’augmentation des risques, l’adaptation du logement est une première étape. Sécuriser le domicile et l’aménager en fonction des besoins de la personne permet bien souvent de sauvegarder son confort pour lui permettre de continuer à vivre et se déplacer chez elle au quotidien. Cela peut venir compléter une aide humaine professionnelle ou familiale. L’aménagement de l’habitat peut être préventif ou curatif.

Accessibilité du logement

Aller et venir à sa guise contribue quotidiennement au bon équilibre physique et psychique de la personne âgée. Maintenir un lien social avec l’extérieur est fondamental pour préserver le bien être des personnes. Il s’agit parfois de sécuriser ces allées et venues à partir du domicile et de prévenir les chutes et les d’accidents.

Un bon éclairage constitue une première étape : on tâchera d’éviter toute zone sans éclairage et de régler les minuteries au rythme de la personne dans le cas des systèmes automatiques (avec détecteur de présence par exemple) ;

Le revêtement du sol doit être non glissant dans les espaces où la personne circule mais aussi dans des lieux comme la salle de bain (voir plus bas) ;

Des escaliers équipés d’une main courante, bien éclairés, avec des hauteurs de marches réglementaires (16,5 cm) dont le nez est éventuellement signalé par une couleur claire et une surface antidérapante ;

Des portes équipées de ferme-portes pour en rendre la manipulation plus aisée et moins lourdes.

Circulation dans le logement

Si les accès extérieurs au logement sont très importants, il s’agit également de porter une attention particulière à la circulation intérieure en vue de limiter les chutes. Quelques aménagements de bon sens suffisent parfois.

  • Limiter la présence de tapisau sol ou les fixer avec des adhésifs
  • Limiter les fils électriques au sol et remonter si possibles les prises à hauteur d’interrupteurs. Attention aux rallonges électriques installées provisoirement: on oublie souvent leur présence avant de se prendre les pieds dedans.

Les équipements

Le logement peut également faire l’objet d’aménagements plus importants notamment pour adapter sanitaires, salle de bain et cuisine.

  • Les sanitaires pourront être équipés d’un rehausseur ou de barres d’appui de chaque côté de la cuvette afin de permettre à la personne de se relever plus facilement.
  • La salle de bain doit bien souvent faire l’objet d’aménagements importants pour être adaptée à la situation de la personne. L’utilisation de la baignoire implique un fond plat antidérapant et des barres d’appuis, il est également possible d’installer une baignoire à porte. La douchepeut-être équipée d’un siège et de barres de maintien. On portera également une attention particulière aux robinets et mitigeurs ainsi qu’au réglage de la température de l’eau pour éviter les brûlures.
  • La cuisine privilégiera les plans de travail et un accès dégagé aux appareils électroménagers. Une cuisinière électrique aux foyers radiants peut être plus facile à utiliser et plus sûre qu’un modèle au gaz.

Comment procéder à ces aménagements ?

Il existe des interlocuteurs spécialisés dans l’aménagement du domicile et son financement :

  • Les ergothérapeutes sont des professionnels dont le rôle est de permettre aux personnes de compenser leurs incapacités par des aides techniques ou de retrouver certaines habiletés peuvent intervenir à domicile et faire une évaluation des besoins. Ils travaillent souvent avec les services d’aide et de soins à domicile. En savoir plus : anfe.fr .
  • L’Agence nationale de l’habitat fournira également des informations précises sur l’aménagement du domicile et les aides que l’on peut percevoir si on est propriétaire de son logement.
  • Les Pact Habitat informent et financent sous certaines conditions des travaux d’aménagement.

Comment financer ces aménagements ?

Les personnes âgées dépendantes peuvent bénéficier d’aides financières pour procéder aux aménagements nécessaires au maintien de leur autonomie dans leur domicile.

Sources :