L’accès aux soins de plus en plus menacé

Une enquête réalisée pour la fondation April santé équitable par l’institut LH2 montre l’inquiétude grandissante des Français au sujet de l’accès aux soins. Selon cette étude, 63% des personnes interrogées estiment que la santé coûte trop cher et « une personne sur quatre considère même que les prix ne sont pas du tout justes », indique Le Parisien/Aujourd’hui.

Voici un sondage qui devrait « conforter les associations de patients  et le mouvement mutualiste », qui « dénoncent régulièrement la hausse  continue du reste à charge pour les patients et depuis peu, leur  renoncement aux soins », annonce Le Parisien/Au­jourd’hui (page 8). Ces  deux thèmes feront en effet partie des sujets centraux abordés à  l’occasion du congrès de la Mutualité Française, à Nice, du 18 au 20  octobre.

Selon une enquête réalisée pour la fondation April santé  équitable par l’institut LH2, les mutuelles ne sont pas les seules à  estimer que se soigner coûte trop cher. Pour la majorité des personnes  interrogées, en effet, « l’accès aux soins pour tous est de plus en plus  menacé » : 63% des Français estiment que la santé coûte trop cher et « une  personne sur quatre considère même que les prix ne sont pas du tout  justes ». D’autre part, 53% des sondés pensent que les revenus sont le  premier critère d’inégalité pour l’accès aux soins.

Ce qui semble  « avoir entamé le seuil de tolérance des Français », rapporte le  quotidien, ce sont « les déremboursements de médicaments décidés par  l’assurance maladie ». Dans ce contexte, 60% d’entre eux estime que  « notre système de soins ne permet pas à chacun d’avoir un accès à une  même qualité de soins ». Pour la déléguée générale de la fondation April,  Claire Fromentin, en période de crise, les Français « ont l’impression  que le coût de la santé leur échappe, que le système est revenu en  arrière en refacturant au patient des prestations auparavant prises en  charge ».

Les dépassements d’honoraires abusifs sont également  pointés du doigt, de même que les tarifs pratiqués en radiologie ou dans  le transport des malades ou les profits réalisés par les laboratoires  pharmaceutiques.

Si les Français estiment que la santé leur coûte  cher, ajoute Le Parisien/Au­jourd’hui, c’est aussi parce que le prix de  leur complémentaire santé a augmenté, « au point que bon nombre d’assurés  ont préféré mettre un terme à leur contrat et renoncent à se soigner ».

Il  faut dire, explique le quotidien, que le coût d’un contrat pour les  mutuelles a lui-même augmenté de 120 euros en moyenne depuis cinq ans.  Coût des soins en hausse, transferts de charges par l’assurance maladie  et crise économique sont, pour Le Parisien, « trois critères qui pèsent  lourd » sur ces organismes. Auxquels s’ajoute le doublement de la taxe  sur les contrats solidaires et responsables, décidé fin 2011. « Quand une  mutuelle reçoit 100 euros de cotisations, elle verse aujourd’hui 13,27  euros de taxes à l’Etat », fait remarquer Etienne Caniard le président de  la Mutualité Française, dans les colonnes du Parisien.

Frédéric Lavignette