Journée mondiale du diabète : cri d’alarme contre une maladie silencieuse

Mercredi 14 novembre 2012 avait lieu la journée mondiale du diabète. A Carcassonne, la Mutualité Française Languedoc-Roussillon, qui coordonne le collectif diabète, les médecins, le milieu associatif et la municipalité se sont mobilisés pour organiser une grande journée de dépistage et de sensibilisation autour d’une maladie qui ne cesse de progresser. Dépistages, activités physiques, conférences, expositions et atelier nutrition étaient au programme d’une journée d’information ludique pour mieux sensibiliser les jeunes, de plus en plus touchés par cette maladie silencieuse, ainsi que les moins jeunes.

Chaque année, plus de 1 500 décès sont liés aux diabètes en Languedoc-Roussillon. La maladie représente 6 % des décès en région et l’épidémie ne cesse de croître. Les dernières études nationales ont montré que le rythme s’accélère avec un taux de prévalence du diabète en France qui n’a cessé d’augmenter ces dix dernières années, passant de 2,6% en 2000 à 4,4% en 2009. Ces chiffres, publiés par l’institut de veille sanitaire dans son bulletin épidémiologique de novembre 2010, indiquent que le nombre de personnes diabétiques est passé de 1,6 millions à 2,9 en 10 ans. A cela doivent s’ajouter le nombre de malades qui s’ignorent. En 2004, la Mutualité Française Languedoc-Roussillon et l’association des diabétiques de l’Aude ont fédéré de nombreux partenaires œuvrant pour une même cause au sein du« collectif diabète ». L’objectif principal étant de mutualiser les ressources humaines et financières et de mieux coordonner les actions pour tenter d’enrayer cette progression. Milieu associatif, institutionnel, structures mutualistes, municipalités, médecins et hôpitaux, tous se sont mobilisés à l’appel du collectif pour faire de cette journée, un temps fort de la prévention contre le diabète.

Agir sur les facteurs de risques

« Pour enrayer la progression de la maladie, nous devons commencer par travailler sur les facteurs de risques et prévenir des conséquences d’une mauvaise hygiène de vie, notamment  auprès des jeunes. » explique Rabha BENALLA, responsable de l’activité promotion de la santé de l’Aude pour la Mutualité Française Languedoc-Roussillon. Les personnes en surpoids ont en effet cinq fois plus de risques de devenir diabétiques, dix fois plus pour les obèses. L’évolution de l’obésité, qui a progressé en France de 10,1% à 14,5% entre 2000 et 2009 explique en partie l’augmentation du nombre de diabétiques. Pour cette journée de sensibilisation, les principaux thèmes ont été choisis en conséquence : nutrition et activité physique en y intégrant un aspect ludique à destination des plus jeunes. Martine GLEYZES, vice-présidente de l’association des diabétiques de l’Aude, précise : « le diabète de type II  touche de plus en plus d’adolescents alors qu’il n’affecte normalement que les plus de 50 ans ».

AM

Elisa DUARTE, éducatrice santé à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) : « Nous avons choisi d’organiser un jeu de l’oie géant où le corps remplace les pions. Les participants doivent répondre aux questions sur la nutrition pour avancer. L’idée est d’allier jeu, activité physique et information.

Elisa DUARTE éducatrice santé à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) insiste sur l’importance de sensibiliser dès le plus jeune âge : « Les enfants sont réceptifs aux messages de prévention, ils ont parfaitement intégré l’idée des 5 fruits et légumes par jour. Nous devons continuer à les sensibiliser pour éviter les mauvaises habitudes alimentaires et/ou de sédentarité. »

« Au P’tit Resto Santé »

resto-sante

Une trentaine d’enfant ont testé le « P’tit Resto Santé », self service interactif et ludique qui calcule les apports nutritionnels et valeurs énergétiques en fonction des choix de menu.

Pour sensibiliser intelligemment sur les bienfaits d’une nutrition saine et équilibrée, la Mutualité Française Languedoc-Roussillon a mis en place un outil innovant, interactif et ludique « Au P’tit Resto Santé ». L’utilisateur compose son propre menu en choisissant des fiches correspondantes à une trentaine d’aliments proposés. Un ordinateur se charge ensuite de calculer l’apport nutritionnel et la valeur énergétique contenue dans son menu. L’interaction et la personnalisation du bilan nutritif permettent une prise de conscience immédiate des mauvaises habitudes alimentaires. « Au P’tit Resto Santé » est accompagné d’une exposition qui permet de découvrir une série de conseils et d’astuces sur les bonnes pratiques alimentaires. Pour cette journée mondiale du diabète, le succès était encore au rendez-vous avec, preuve de l’engouement des plus petits comme des plus grands, une file d’attente comme pour un véritable self service à l’heure du repas.

Le dépistage

depistage

Réalisé en 1 minute, le dépistage est totalement indolore avec un résultat du taux de glycémie immédiat

Le diabète de type II est une maladie qualifiée de sournoise et silencieuse. Les symptômes n’apparaissent que tard dans le développement et les conséquences entraînent souvent des lésions irréversibles. « Nous devons nous mobiliser et multiplier les dépistages gratuits pour tenter d’endiguer le drame des malades qui s’ignorent». Et Martine GLEYZES de préciser que, dépisté à temps, il est possible d’agir et de faire évoluer positivement la maladie.

Le docteur Nathan BONNET, diabétologue au centre hospitalier de Carcassonne explique que certains troubles, comme la Neuropathie diabétique qui apparaît lorsque le système nerveux est déréglé à cause d’une forte glycémie, interviennent après plusieurs années de diabète non traité. » Il y a le diabète, mais plus grave, il y a toutes les complications conséquentes à un diabète non dépisté ». Jérôme ALBOUI, opticien diplômé (Les Opticiens Mutualistes de la Mutualité Française Aude) de Carcassonne participe à cette journée d’action en proposant un dépistage gratuit de la vue. « La rétinopathie diabétique est l’un des symptômes de la maladie pouvant entraîner la cécité du patient. Il arrive encore qu’un diabète soit dépisté par l’apparition de cette complication. C’est pourquoi nous nous efforçons de sensibiliser le public et les invitons à procéder au dépistage du taux de glycémie.»

depistage-vue

Jérôme Alboui, opticien de la Mutualité Française de l’Aude : « La vue doit être contrôlée régulièrement chez les patients diabétiques pour surveiller l’apparition d’une rétinopathie diabétique »

Sur 124 tests de glycémie réalisés ce 14 novembre 2012, 10 personnes ont obtenu un taux supérieur à la moyenne et ont été invitées à se rapprocher de leur médecin traitant pour des analyses complémentaires.

Profitant de cette mobilisation autour d’une même cause, le collectif diabète a réussi à organiser une véritable tournée de dépistage à travers 6 communes du département de l’Aude entre le 7 et le 23 novembre. Le collectif mobilise toujours plus de partenaires, les actions se multiplient et le maillage du département se resserre pour sensibiliser toujours plus de monde.

R.Lebert-Suave

En savoir plus sur la maladie

Qu’est-ce-que le diabète?

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang. L’hyperglycémie, ou concentration sanguine élevée de sucre, est un effet fréquent du diabète non contrôlé qui conduit avec le temps à des atteintes graves de nombreux systèmes organiques et plus particulièrement des nerfs et des vaisseaux sanguins.

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 (précédemment connu sous le nom de diabète insulino-dépendant ou juvénile) est caractérisé par une production insuffisante d’insuline et exige une administration quotidienne de cette dernière. La cause de diabète de type 1 n’est pas connue et, en l’état des connaissances actuelles, il n’est pas évitable.

Les symptômes sont les suivants: excrétion excessive d’urine (polyurie), sensation de soif (polydipsie), faim constante, perte de poids, altération de la vision et fatigue. Ces symptômes peuvent apparaître brutalement.

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 (précédemment appelé diabète non insulino-dépendant ou diabète de la maturité) résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. Le diabète de type 2 représente 90% des diabètes rencontrés dans le monde. Il est en grande partie le résultat d’une surcharge pondérale et de la sédentarité.

Ses symptômes peuvent être les mêmes que ceux du diabète de type 1 mais sont souvent moins marqués. De ce fait, la maladie peut être diagnostiquée plusieurs années après son apparition, une fois les complications déjà présentes.

Récemment encore, ce type de diabète n’était observé que chez l’adulte mais on le trouve désormais aussi chez l’enfant.