Coronavirus #TousMobilisés : Focus sur la Mutualité Française Grand Sud

En cette période de pandémie, tous les acteurs mutualistes sont pleinement mobilisés sur le terrain pour soigner, prévenir et assurer la continuité de leurs activités auprès de leurs adhérents et de l’ensemble des Français.
La Mutualité Française Grand Sud nous explique comment les établissements et services mutualistes font face au COVID en mettant en place des actions et initiatives inédites.

1. La clinique mutualiste Jean Léon

La clinique mutualiste Jean Léon de la Mutualité Française Grand Sud est un établissement spécialisé dans les soins de suite et de réadaptation polyvalents adultes et gériatriques. Elle est implantée au cœur de la Grande Motte, près de Montpellier. D’une capacité de 107 lits, dont 5 identifiés en soins palliatifs, elle développe pour chaque patient un projet de soins personnalisé, dans un encadrement médicalisé, avec le concours des équipes médicales, paramédicales et soignantes.

Une cellule de crise ultra-réactive
Dès le début du mois de mars, très en amont des mesures gouvernementales sur la crise COVID-19, les équipes de la clinique mutualiste Jean Léon se sont mobilisées autour d’une cellule de crise quotidienne (réflexion collective apportant idées, actions innovantes, connaissance de l’actualité et actualisation des procédures et pratiques déployées).
Un projet pour « sanctuariser » la clinique a été lancé (pas de sorties des patients, pas de visites (sauf patients en soins palliatifs en visites limitées et contrôlées), comme des formations et rappels quotidiens des consignes d’hygiène et gestes barrières.
Une anticipation des approvisionnements en Equipement de Protection Individuelle (EPI) et dispositifs d’hygiène (dons, bénévoles, marchés avec fournisseurs habituels) ont évité les tensions majeures qu’ont connu les établissements sanitaires du secteur.

L’encadrement a été présent au quotidien auprès des équipes y compris le week-end, l’établissement n’est en proie à aucun absentéisme, la mobilisation et la motivation est au cœur de la vie de l’établissement depuis le début.

Une unité COVID
Dès les recommandations de l’ARS en date du 12 mars 2020, la clinique mutualiste Jean Léon a mis en œuvre une unité COVID. La création de cette unité d’aval pour les patients du CHU de Montpellier a nécessité le transfert de matériels et de locaux pour aménager l’étage supérieur du bâtiment le Mistral avec un objectif de prise en charge de 10 patients. Des équipes ont été dédiées à cette structure (soignants, médecin et ESH). Les premiers patients ont été accueillis dès le lundi 06 avril 2020.

Une petite dizaine de patients ont été accueillis sur la quinzaine de jours qui ont suivis. Deux d’entre eux sont retournés à domicile suite à leur passage en SSR.

La systématisation des tests de dépistage en EHPAD depuis le 20 avril va se traduire par une augmentation d’activité du CHU par l’accueil de certains des résidents. Il est ainsi fort probable que les admissions de certains de ces patients se fassent à la clinique d’ici à quelques jours.

Accompagnement des salariés
Dans un tel contexte, plusieurs actions à destination des salariés ont été menées :
– diffusion des numéros d’écoutes nationaux,
– séances de cross-fit de relaxation en interne,
– séances d’hypnoses avec l’institut français d’hypnose,
– mise en place d’un goûter (le mercredi) et d’un petit-déjeuner (le lundi matin) pour l’ensemble du personnel (jour et nuit).

Des temps bien-être sont envisagés si la situation venait à perdurer : coiffeuse, massage…

La clinique a bénéficié des solidarités des autres gestionnaires mutualistes et notamment de la clinique Beau Soleil, du CNRS et de nombreuses actions solidarité soignants (groupe METRO, Résidences HOMAIR,…).

En plus de sa mobilisation la clinique joue un grand rôle dans la solidarité inter-activité de la Mutualité Française Grand Sud par la mutualisation de commandes avec la pharmacie de la clinique pour les EHPAD et SSIAD : des centaines de litres de Gel Hydro Alcoolique, des milliers de masques chirurgicaux et FFP2, de gants… Pour les surblouses et les masques « textiles » ce sont les couturières du voisinage qui se sont mises à pied d’œuvre.

Tutoriels sur les gestes barrières pour leurs collègues confinés
Les équipes de la clinique se sont aussi inscrites dans une démarche vidéo-tutorale pour les salariés des autres activités. Aguerris aux gestes barrières et à la distanciation sociale dans le cadre du travail, agents administratifs et techniques, médecins, soignants partagent leur expérience de ces dernières semaines.
Les vidéos des collaborateurs de la clinique visent à expliquer les gestes barrières dans le cadre de la reprise du travail à ceux qui sont confinés chez eux, pour le moment…

 

2. Soutien à la parentalité en Petite Enfance

La Mutualité Française Grand Sud a mis en place un dispositif de soutien à la parentalité qui  illustre sa philosophie dans cette crise « Restons mobilisées et maintenons le lien ». Le système de plateforme et de régulation est généralisé à l’ensemble des activités qui ont dû fermer leurs portes.

Ainsi, depuis le début du mois d’avril, les directions de neuf crèches de la Mutualité Française Grand Sud passent des appels téléphoniques aux parents confinés dont les enfants fréquentent les crèches afin de :

  • Poursuivre la mission d’accompagnement à la parentalité au-delà de la seule présence des enfants à la crèche,
  • Prévenir éventuellement les difficultés rencontrées dans la relation entre les parents et leurs jeunes enfants par :
    – De l’écoute auprès des parents,
    – Un contact et des prises régulières de nouvelles si besoin,
    – Une réassurance des parents sur leurs « compétences ».

Le dispositif s’est aussi accompagné par des retours des parents donnant des nouvelles de leurs enfants via des vidéos et des photos.

 

3. EHPAD et COVID19

La Mutualité Française Grand Sud gère six EHPAD et chacun d’entre eux présente des caractéristiques différentes : capacités, autorisations spécifiques (PASA, Accueil de Jour, UHR), architecture et encadrement plus ou moins étoffé au regard des tensions en personnel soignant et médical que connait le secteur.

Anticipation, organisation, protection
Le pôle Personnes Âgées a décliné une organisation en cellule de crise COVID-EHPAD qui a lancé :

  • un approvisionnement massif en Equipement de Protection Individuelle (masques, GHA, détergents virucide),
  • un inventaire des EPI mobilisables sur les autres secteurs d’activité en cas de fermeture (crèche, optique, audio, dentaire…),
  • une définition des protocoles et check-lists d’actions à mener en EHPAD pour empêcher le virus de rentrer et à défaut, protéger résidents et salariés et tracer les sujets contacts,
  • une activation des partenariats – conventions HAD et équipes mobiles pour bénéficier de leur accompagnement.

Démarrage du confinement en chambre
Le confinement en chambre et par secteur a été organisé avant les mesures ministérielles comme les canaux de contacts entre les familles et les résidents, les recours aux tests des équipes et des résidents. A fin avril, seul un des EHPAD en proximité d’un cluster Héraultais a été touché mais les mesures de prévention ont permis d’endiguer la propagation du virus et de disposer des personnels (réserve sanitaire), des dispositifs (concentrateurs/extracteurs) et molécules nécessaires alors que les recommandations ministérielles du 27 mars n’étaient pas écrites.

Partenariat en recherche et développement
La Mutualité Française Grand Sud a pu mobiliser les directions d’établissement et les équipes alors même que les médias et les pouvoirs publics ne s’étaient pas emparés du sujet. Cette crise donne du sens aux actions d’anticipation; ainsi dans ce contexte l’un des EHPAD travaille sur un masque inspiré de l’Apiculture « Projet Corona Bodyguard ». Ce dispositif présente une étanchéité efficace et quasi absolue, il permet une respiration normale et sans effort. Le filtre amovible est nettoyable. Le visage est totalement visible et esthétiquement préservé, mais le dispositif est une barrière physique permanente qui interdit le contact du visage avec les mains.

Les prototypes dont l’efficacité de protection est éprouvée seront testés en situation réelle fin avril afin d’en valider l’ergonomie et l’adéquation avec les gestes des soignants en EHPAD. L’EHPAD est un terrain d’expérimentation du dispositif qui fait appel à plusieurs dispositifs de financement dont celui du Ministère de la défense.